LES FANTOMES EXISTENT-ILS ?

Ce mois-ci, nous vous proposons de lire une réflexion extraite du livre : « QUESTIONS PHILOSOPHIQUES - ET VOUS, QU’EN PENSEZ VOUS ? » écrit par Monsieur Serge Toussaint Grand Maître de l’A.M.O.R.C.


Rappelons d’abord brièvement en quoi consiste la mort. D’un point de vue rosicrucien, elle correspond aux processus physiques et métaphysiques qui produisent la séparation définitive entre le corps et l’âme. Dès que celle-ci s’est libérée de son enveloppe corporelle, elle s’élève graduellement dans le monde spirituel et rejoint le plan qui correspond à son niveau d’évolution. Là, sous l’impulsion et à la lumière de l’Omniscience divine, elle dresse le bilan karmique de la vie qu’elle vient d’achever. Autrement dit, elle juge en pleine conscience le bien et le mal qu’elle a pensé, dit et fait au cours de son existence, afin de définir les expériences majeures qu’elle devra connaître dans sa prochaine vie pour compenser ses erreurs et se parfaire. A l’issue de ce bilan karmique, elle attend le moment de se réincarner, en compagnie d’autres âmes, parmi lesquelles celles des êtres chers qui l’avaient précédée dans l’au-delà. Ainsi, la mort n’aboutit pas au néant et ne marque pas la fin absolue de ce que nous sommes en tant que personnalité humaine. Il faut plutôt la considérer comme une transition de l’âme, c’est-à-dire comme un passage au cours duquel elle meurt à la vie terrestre et renaît à la vie spirituelle. C’est en ayant cette perspective à la pensée que nous devons mener au mieux notre existence, au contact de ceux qui nous sont chers.

S’il est un fait que la mort produit la transition de l’âme vers l’au-delà, la durée de cette transition et la manière dont elle est vécue dépendent du niveau de conscience de chaque être humain. Ainsi, une personne profondément spiritualiste la vivra avec sérénité, car sa foi en Dieu l’aidera à franchir les portails de l’après-vie dans les meilleures conditions. Par ailleurs, son ascension vers le plan spirituel correspondant à son niveau d’évolution se fera relativement rapidement, c’est-à-dire en quelques jours, voire en quelques heures. En revanche, pour les individus très matérialistes, la mort s’apparente à un cauchemar et constitue pour eux une expérience pénible. Dans les cas extrêmes, ils ne l’admettent pas et refusent de s’élever dans l’au-delà, pensant à tort qu’ils vont sortir de ce cauchemar et revivre à nouveau. Convaincus de cela, leur âme se maintient à proximité de leur corps physique ou du lieu qu’ils habitaient, parfois pendant des mois ou des années. Or, ce sont ces âmes ‘’attachées’’ à la Terre que l’on appelle «fantômes» dans le langage courant.

Vous noterez d’ailleurs qu’on les représente souvent sous l’aspect d’une silhouette drapée de blanc et portant des chaînes aux pieds, ce qui traduit bien cette idée d’attachement au monde terrestre.

Contrairement à ce que laissent supposer certaines croyances superstitieuses, nous n’avons rien à craindre des fantômes, car les âmes concernées n’ont aucun pouvoir sur les vivants. Autrement dit, il est faux de croire qu’elles occupent dans l’au-delà. Au mieux, elles sont capables de se rendre manifestes dans certaines circonstances et sont alors perçues sous l’aspect de vagues silhouettes éthérées. C’est alors que l’on parle ‘’d’apparitions’’. Mais là encore, il n’y a aucune raison d’avoir peur ou d’imaginer que nous courons un quelconque danger. Il faut plutôt se réjouir de percevoir un tel phénomène, car il constitue une preuve tangible de l’au-delà. D’une manière générale, les fantômes correspondent à des âmes inoffensives qui refusent de rompre les liens avec le monde terrestre et qui se sentent désemparées dans l’après-vie. Plutôt que de les redouter, nous devons leur envoyer des pensées bienveillantes, afin de les aider à s’élever dans l’autre monde et à trouver la sérénité qu’elles cherchent désespérément. Il s’agit pour nous d’un devoir humanitaire à leur égard.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

« L’Âme universelle imprègne toute la Création, de sorte qu’elle pénètre tout ce qui existe sur notre planète. Ainsi, toutes les créatures qui vivent sur la Terre sont imprégnées d’une essence divine et évoluent spirituellement selon des lois qui leur sont propres.»

L’ontologie des Rose-Croix