LES ANIMAUX PEUVENT-ILS SE REINCARNER DANS LE REGNE HUMAIN ?

Ce mois-ci, nous vous proposons de lire une réflexion extraite du livre :
« QUESTIONS PHILOSOPHIQUES - ET VOUS, QU’EN PENSEZ VOUS ? »
écrit par Monsieur Serge Toussaint Grand Maître de l’A.M.O.R.C.


D’une manière générale, la réincarnation est propre au règne humain, car seuls les hommes sont doués d’une âme individuelle évoluant de vie en vie vers la perfection de sa propre nature. C’est d’ailleurs en raison de cette âme individuelle qu’ils possèdent la conscience de soi et le libre arbitre, grâce auxquels ils peuvent faire des choix et orienter leur existence. La plupart des animaux en sont dépourvus et n’ont donc ni le sens de l’individualité, ni le libre choix. D’un point de vue rosicrucien, ils évoluent plutôt sous l’impulsion de l’âme collective de leur espèce, de leur genre, de leur famille, de leur ordre, etc. A titre d’exemple, un renard est animé par l’âme collective des canidés, qui s’intègre à son tour dans l’âme collective des carnivores, des mammifères, des vertébrés, du règne animal dans son ensemble, et d’intégration en intégration, dans l’Âme universelle elle-même. Ainsi, lorsqu’un animal meurt, les instincts nouveaux qu’il a acquis et les expériences qu’il a mémorisées au cours de son existence vont enrichir l’âme collective de son espèce et profitent à tous les spécimens qui naissent par la suite. C’est ce qui explique pourquoi les animaux développent avec le temps des comportements de mieux en mieux adaptés à leurs besoins.

Les explications précédentes concernent tous les animaux en général. Cela dit, je suis convaincu que certains d’entre eux, notamment parmi les mammifères supérieurs, se sont détachés de leur âme collective et ont généré une âme individuelle. En particulier, tel est le cas de ceux qui vivent au contact direct de l’homme et qui bénéficient de son affection, tels les chiens, les chats, les chevaux, etc. Comme le prouve l’expérience, de tels animaux ont un comportement qui traduit en lui-même une forme d’intelligence et de sensibilité. C’est précisément pour cette raison qu’il est possible de les domestiquer et de leur apprendre à faire certaines choses qui transcendent la seule utilisation de leur instinct. De toute évidence, il y en a même qui ont une forme primitive de conscience de soi, au point qu’ils sont capables de se reconnaître dans un miroir et d’exprimer un caractère qui leur est ‘’personnel’’. Quoi qu’il en soit, il est indéniable que certains animaux ne le sont que de nom et montrent des aptitudes laissant entrevoir en eux les prémisses d’une personnalité humaine, ce qui nous fait dire parfois qu’»il ne leur manque que la parole».

Pour ma part, il est évident que les animaux qui ont vécu au contact direct de l’homme et qui ont bénéficié de son affection possèdent une âme individuelle susceptible de s’incarner dans le règne humain. Naturellement, l’animal concerné ne donnera pas naissance à une personne très évoluée sur le plan intérieur. Cela dit, il ne faut pas non plus penser qu’elle animera le corps d’un ‘’simple d’esprit’’, et encore moins d’une personne au tempérament agressif ou ‘’bestial’’. Sans doute s’agira-t-il d’un individu qui mènera une existence fondée essentiellement sur la satisfaction de ses besoins physiques les plus légitimes, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’elle sera dépourvue de réflexion et n’aura aucune quête spirituelle. Admettre cette possibilité revient à envisager que des milliers, voire des millions d’êtres humains vivant actuellement sur Terre, sont les réincarnations d’âmes provenant des espèces les plus évoluées du règne animal. Cela suppose également que le chien ou le chat que vous aimez s’apprête peut-être à faire partie de l’humanité elle-même. Dans ce cas, c’est grâce à vous qu’il franchira le seuil donnant accès au monde des hommes et qu’il commencera ainsi une nouvelle phase de son évolution. En cela, il n’y a pas de vide ni de frontière entre les règnes de la nature : chacun d’eux est un vecteur de l’Âme universelle et contribue à l’évolution qui lui est propre.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 Â« Il n’y a rien de plus positif que d’agir utilement, non pas sous l’impulsion de l’ego, mais sous celle de l’âme elle-même. En ce sens, ce n’est pas le désir d’être honoré, reconnu ou apprécié qui doit nous inciter à Å“uvrer au service du bien, mais c’est la satisfaction intérieure que l’on ressent lorsqu’on a accompli quelque chose de bien et d’utile ».

__ L’idéal éthique des Rose-Croix.